Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ON REFAIT L'EXPO ...

"Fantastique ! Visages de l'effroi" au musée de la Vie Romantique - 2ème partie

"Fantastique ! Visages de l'effroi" au musée de la Vie Romantique - 2ème partie

Suite et fin de la très belle exposition au musée de la Vie Romantique

Vues de la salle
Vues de la salleVues de la salle

Vues de la salle

En haut, dessin de Théodore Géricault "Transport du corps de Fualdès" 1818, du musée du Louvre; en bas, Honoré Daumier "Rue Transnonain, le 15 avril 1834" du musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis
En haut, dessin de Théodore Géricault "Transport du corps de Fualdès" 1818, du musée du Louvre; en bas, Honoré Daumier "Rue Transnonain, le 15 avril 1834" du musée d'Art et d'Histoire de Saint-DenisEn haut, dessin de Théodore Géricault "Transport du corps de Fualdès" 1818, du musée du Louvre; en bas, Honoré Daumier "Rue Transnonain, le 15 avril 1834" du musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis
En haut, dessin de Théodore Géricault "Transport du corps de Fualdès" 1818, du musée du Louvre; en bas, Honoré Daumier "Rue Transnonain, le 15 avril 1834" du musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis

En haut, dessin de Théodore Géricault "Transport du corps de Fualdès" 1818, du musée du Louvre; en bas, Honoré Daumier "Rue Transnonain, le 15 avril 1834" du musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis

Louis Boulanger

On retrouve ici la lithographie illustrant "Le dernier jour d'un condamné" de Victor Hugo "Les Spectres sans têtes" qui a son pendant au Petit Palais

En bas de gauche à droite, "Les Spectres sans têtes" puis "La Charrette du condamné", deux oeuvres conservés aux maisons de Victor Hugo, Paris-Guernesey
En bas de gauche à droite, "Les Spectres sans têtes" puis "La Charrette du condamné", deux oeuvres conservés aux maisons de Victor Hugo, Paris-GuerneseyEn bas de gauche à droite, "Les Spectres sans têtes" puis "La Charrette du condamné", deux oeuvres conservés aux maisons de Victor Hugo, Paris-Guernesey

En bas de gauche à droite, "Les Spectres sans têtes" puis "La Charrette du condamné", deux oeuvres conservés aux maisons de Victor Hugo, Paris-Guernesey

Voir (ou revoir) l'article récent sur l'estampe visionnaire au Petit palais ci-dessous

Théodore Géricault
Vue

Vue

En haut à droite, "La main gauche de l'artiste" collection particulière; en bas à gauche "Morceaux anatomiques ou étude de bras et de jambes pour le Radeau de la Méduse" 1818-1819, musée des Beaux-Arts de Rouen
En haut à droite, "La main gauche de l'artiste" collection particulière; en bas à gauche "Morceaux anatomiques ou étude de bras et de jambes pour le Radeau de la Méduse" 1818-1819, musée des Beaux-Arts de RouenEn haut à droite, "La main gauche de l'artiste" collection particulière; en bas à gauche "Morceaux anatomiques ou étude de bras et de jambes pour le Radeau de la Méduse" 1818-1819, musée des Beaux-Arts de Rouen

En haut à droite, "La main gauche de l'artiste" collection particulière; en bas à gauche "Morceaux anatomiques ou étude de bras et de jambes pour le Radeau de la Méduse" 1818-1819, musée des Beaux-Arts de Rouen

En haut, "Etude de main droite tenant un bâton" 1811-12, collection Alain Delon; au milieu à droite "Géricault mourrant" par Alexandre Correard (?) du musée des Beaux-Arts de Rouen; en bas, "Tête de jeune homme mort ou étude pour la tête du fils mort du Radeau de la Méduse" 1819, également de Rouen
En haut, "Etude de main droite tenant un bâton" 1811-12, collection Alain Delon; au milieu à droite "Géricault mourrant" par Alexandre Correard (?) du musée des Beaux-Arts de Rouen; en bas, "Tête de jeune homme mort ou étude pour la tête du fils mort du Radeau de la Méduse" 1819, également de RouenEn haut, "Etude de main droite tenant un bâton" 1811-12, collection Alain Delon; au milieu à droite "Géricault mourrant" par Alexandre Correard (?) du musée des Beaux-Arts de Rouen; en bas, "Tête de jeune homme mort ou étude pour la tête du fils mort du Radeau de la Méduse" 1819, également de Rouen
En haut, "Etude de main droite tenant un bâton" 1811-12, collection Alain Delon; au milieu à droite "Géricault mourrant" par Alexandre Correard (?) du musée des Beaux-Arts de Rouen; en bas, "Tête de jeune homme mort ou étude pour la tête du fils mort du Radeau de la Méduse" 1819, également de Rouen

En haut, "Etude de main droite tenant un bâton" 1811-12, collection Alain Delon; au milieu à droite "Géricault mourrant" par Alexandre Correard (?) du musée des Beaux-Arts de Rouen; en bas, "Tête de jeune homme mort ou étude pour la tête du fils mort du Radeau de la Méduse" 1819, également de Rouen

"Fantastique ! Visages de l'effroi" au musée de la Vie Romantique - 2ème partie
Nouvelle salle
En haut à gauche "Young et sa fille" de Pierre Vafflard, 1804 du musée de Valenciennes; ci-dessus sculpture en bronze de Philippe Laurent Roland "La Mort de Caton d'Utique" vers 1782 du Palais des Beaux-Arts de LilleEn haut à gauche "Young et sa fille" de Pierre Vafflard, 1804 du musée de Valenciennes; ci-dessus sculpture en bronze de Philippe Laurent Roland "La Mort de Caton d'Utique" vers 1782 du Palais des Beaux-Arts de Lille
En haut à gauche "Young et sa fille" de Pierre Vafflard, 1804 du musée de Valenciennes; ci-dessus sculpture en bronze de Philippe Laurent Roland "La Mort de Caton d'Utique" vers 1782 du Palais des Beaux-Arts de Lille

En haut à gauche "Young et sa fille" de Pierre Vafflard, 1804 du musée de Valenciennes; ci-dessus sculpture en bronze de Philippe Laurent Roland "La Mort de Caton d'Utique" vers 1782 du Palais des Beaux-Arts de Lille

"Fantastique ! Visages de l'effroi" au musée de la Vie Romantique - 2ème partie
En haut au centre et en bas à gauche "Le Triomphe du Peuple français au 10 août" 1799 de Philippe Auguste Hennequin; en bas à droite François André Vincent "La Mort de Caton" vers 1774 du musée Fabre
En haut au centre et en bas à gauche "Le Triomphe du Peuple français au 10 août" 1799 de Philippe Auguste Hennequin; en bas à droite François André Vincent "La Mort de Caton" vers 1774 du musée FabreEn haut au centre et en bas à gauche "Le Triomphe du Peuple français au 10 août" 1799 de Philippe Auguste Hennequin; en bas à droite François André Vincent "La Mort de Caton" vers 1774 du musée Fabre

En haut au centre et en bas à gauche "Le Triomphe du Peuple français au 10 août" 1799 de Philippe Auguste Hennequin; en bas à droite François André Vincent "La Mort de Caton" vers 1774 du musée Fabre

Oeuvres d'Anne Louis Girodet  Trioson, en bas "Ossian chantant l'hymne funèbre d'un guerrier" collection particulière
Oeuvres d'Anne Louis Girodet  Trioson, en bas "Ossian chantant l'hymne funèbre d'un guerrier" collection particulièreOeuvres d'Anne Louis Girodet  Trioson, en bas "Ossian chantant l'hymne funèbre d'un guerrier" collection particulière
Oeuvres d'Anne Louis Girodet  Trioson, en bas "Ossian chantant l'hymne funèbre d'un guerrier" collection particulière

Oeuvres d'Anne Louis Girodet Trioson, en bas "Ossian chantant l'hymne funèbre d'un guerrier" collection particulière

Tableau du musée Ingres de Montauban
Tableau du musée Ingres de Montauban
Jean Auguste Dominique Ingres

Le songe d'Ossian

Référence au tableau du musée Ingres de Montauban qui se trouve actuellement dans l'expo Ingres au musée du Prado à Madrid jusque fin mars 2016 !

"Le songe d'Ossian" 1866, dépôt du Louvre au musée Ingrès de Montauban

"Le songe d'Ossian" 1866, dépôt du Louvre au musée Ingrès de Montauban

En haut à gauche "Le songe d'Ossian", notes manuscrites d'Ingres suivi de deux études En haut à gauche "Le songe d'Ossian", notes manuscrites d'Ingres suivi de deux études En haut à gauche "Le songe d'Ossian", notes manuscrites d'Ingres suivi de deux études
En haut à gauche "Le songe d'Ossian", notes manuscrites d'Ingres suivi de deux études

En haut à gauche "Le songe d'Ossian", notes manuscrites d'Ingres suivi de deux études

Suite

En haut "La mort de Malvina" attribué à Ary Scheffer (?), anciennement attribué à Anne Louis Girodet  Trioson; en bas à gauche "Le chant d'Ossian" de Merry Joseph Blondel
En haut "La mort de Malvina" attribué à Ary Scheffer (?), anciennement attribué à Anne Louis Girodet  Trioson; en bas à gauche "Le chant d'Ossian" de Merry Joseph BlondelEn haut "La mort de Malvina" attribué à Ary Scheffer (?), anciennement attribué à Anne Louis Girodet  Trioson; en bas à gauche "Le chant d'Ossian" de Merry Joseph Blondel

En haut "La mort de Malvina" attribué à Ary Scheffer (?), anciennement attribué à Anne Louis Girodet Trioson; en bas à gauche "Le chant d'Ossian" de Merry Joseph Blondel

Fortuné Dufau "La mort d'Ugolin" 1800 du musée de Valence

Fortuné Dufau "La mort d'Ugolin" 1800 du musée de Valence

Louis Boulanger

encore lui !

On retrouve ici "La ronde de Sabbat" dont on a déjà parlé au Petit Palais ainsi que "Les Fantômes" (également en référence aux estampes du Petit Palais).

"La ronde Sabbat" et "Les fantômes", deux oeuvres des maisons Victor Hugo de Paris-Guernesey"La ronde Sabbat" et "Les fantômes", deux oeuvres des maisons Victor Hugo de Paris-Guernesey
"La ronde Sabbat" et "Les fantômes", deux oeuvres des maisons Victor Hugo de Paris-Guernesey

"La ronde Sabbat" et "Les fantômes", deux oeuvres des maisons Victor Hugo de Paris-Guernesey

Suite et fin

Sculpture en haut et en bas, "Satan", bronze de Jean-Jacques Feuchère du musée de la Vie Romantique; Le livre est "Le Paradis perdu" de John Milton, traduit par François René de Chateaubriand et illustré par Jean-Jacques Flatters
Sculpture en haut et en bas, "Satan", bronze de Jean-Jacques Feuchère du musée de la Vie Romantique; Le livre est "Le Paradis perdu" de John Milton, traduit par François René de Chateaubriand et illustré par Jean-Jacques FlattersSculpture en haut et en bas, "Satan", bronze de Jean-Jacques Feuchère du musée de la Vie Romantique; Le livre est "Le Paradis perdu" de John Milton, traduit par François René de Chateaubriand et illustré par Jean-Jacques Flatters

Sculpture en haut et en bas, "Satan", bronze de Jean-Jacques Feuchère du musée de la Vie Romantique; Le livre est "Le Paradis perdu" de John Milton, traduit par François René de Chateaubriand et illustré par Jean-Jacques Flatters

Paul Marc Joseph Chenavard "L'Enfer de Dante" 1846, musée Fabre de Montpellier
Paul Marc Joseph Chenavard "L'Enfer de Dante" 1846, musée Fabre de Montpellier
Paul Marc Joseph Chenavard "L'Enfer de Dante" 1846, musée Fabre de Montpellier
Paul Marc Joseph Chenavard "L'Enfer de Dante" 1846, musée Fabre de Montpellier

Paul Marc Joseph Chenavard "L'Enfer de Dante" 1846, musée Fabre de Montpellier

En haut à droite, Louis Boulanger "Les amants transpercés" dit aussi "Paolo et Francesca" du musée des Beaux-Arts d'AngersEn haut à droite, Louis Boulanger "Les amants transpercés" dit aussi "Paolo et Francesca" du musée des Beaux-Arts d'Angers
En haut à droite, Louis Boulanger "Les amants transpercés" dit aussi "Paolo et Francesca" du musée des Beaux-Arts d'Angers

En haut à droite, Louis Boulanger "Les amants transpercés" dit aussi "Paolo et Francesca" du musée des Beaux-Arts d'Angers

Epoustouflant ! (dixit le livre d'or bien décoré)
Epoustouflant ! (dixit le livre d'or bien décoré)Epoustouflant ! (dixit le livre d'or bien décoré)

Epoustouflant ! (dixit le livre d'or bien décoré)

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article