Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ON REFAIT L'EXPO ...

GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition

GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition

 

Visite de l'exposition GAUGUIN au Grand Palais !

Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par la 2ème partie de l'expo, la partie polynésienne dont tout le monde parle, sachant que la première partie est également merveilleuse, surtout la période bretonne !!

C'est la foule au Grand Palais
C'est la foule au Grand PalaisC'est la foule au Grand Palais

C'est la foule au Grand Palais

"Le Repas, dit aussi Les Bananes" 1891 du musée d'Orsay, première oeuvre peinte par Gauguin à Tahiti, dixit une guide dans l'expo
"Le Repas, dit aussi Les Bananes" 1891 du musée d'Orsay, première oeuvre peinte par Gauguin à Tahiti, dixit une guide dans l'expo

"Le Repas, dit aussi Les Bananes" 1891 du musée d'Orsay, première oeuvre peinte par Gauguin à Tahiti, dixit une guide dans l'expo

Mariant une table et une nappe occidentales à des objets polynésiens purement décoratifs, Gauguin met en scène son imaginaire plus que la réalité du quotidien tahitien.

Figaro Magazine HS Gauguin

Ci-dessus à droite "Te Nave Nave Fenua (Terre délicieuse)" huile de 1892, Kurashiki, Ohara Museum of Art
Ci-dessus à droite "Te Nave Nave Fenua (Terre délicieuse)" huile de 1892, Kurashiki, Ohara Museum of ArtCi-dessus à droite "Te Nave Nave Fenua (Terre délicieuse)" huile de 1892, Kurashiki, Ohara Museum of Art

Ci-dessus à droite "Te Nave Nave Fenua (Terre délicieuse)" huile de 1892, Kurashiki, Ohara Museum of Art

En haut "Tête de Tahitienne" 1892-1893, repris en 1894-1895 du Art Institute of Chicago; ci-dessus à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1894, monotype à l’aquarelle également du Art Institute of Chicago
En haut "Tête de Tahitienne" 1892-1893, repris en 1894-1895 du Art Institute of Chicago; ci-dessus à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1894, monotype à l’aquarelle également du Art Institute of ChicagoEn haut "Tête de Tahitienne" 1892-1893, repris en 1894-1895 du Art Institute of Chicago; ci-dessus à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1894, monotype à l’aquarelle également du Art Institute of Chicago

En haut "Tête de Tahitienne" 1892-1893, repris en 1894-1895 du Art Institute of Chicago; ci-dessus à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1894, monotype à l’aquarelle également du Art Institute of Chicago

Ce monotype est un exemple de l'inventivité technique de Gauguin : une composition dessinée à l'aquarelle et à l'encre sur une plaque de verre est transférée par pression sur une feuille de papier humide.
Le dessin est ensuite complété par des rehauts à la gouache opaque.

Cartel du monotype "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" de 1894 ci-dessus

A gauche "Femmes de Tahiti, dit aussi Sur la plage" 1891 du musée d'Orsay; à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1892 du musée Pouchkine
A gauche "Femmes de Tahiti, dit aussi Sur la plage" 1891 du musée d'Orsay; à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1892 du musée PouchkineA gauche "Femmes de Tahiti, dit aussi Sur la plage" 1891 du musée d'Orsay; à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1892 du musée Pouchkine

A gauche "Femmes de Tahiti, dit aussi Sur la plage" 1891 du musée d'Orsay; à droite "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" 1892 du musée Pouchkine

 

Ce superbe tableau "Ahaoe Feii ? (Eh quoi ! Tu es jalouse ?)" de 1892 a déjà été vu lors de la fameuse expo Chtchoukine à la fondation Vuitton l'année dernière.

En haut "I Raro Te Oviri (Sous les pandanus)" 1891 du Dallas Museum of Art; au milieu à droite "Nave Nave Moe (Eau délicieuse)" 1894, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage (avec un problème d'éclairage, le spot au dessus du tableau ne fonctionnant pas ce jour là)
En haut "I Raro Te Oviri (Sous les pandanus)" 1891 du Dallas Museum of Art; au milieu à droite "Nave Nave Moe (Eau délicieuse)" 1894, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage (avec un problème d'éclairage, le spot au dessus du tableau ne fonctionnant pas ce jour là)En haut "I Raro Te Oviri (Sous les pandanus)" 1891 du Dallas Museum of Art; au milieu à droite "Nave Nave Moe (Eau délicieuse)" 1894, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage (avec un problème d'éclairage, le spot au dessus du tableau ne fonctionnant pas ce jour là)
En haut "I Raro Te Oviri (Sous les pandanus)" 1891 du Dallas Museum of Art; au milieu à droite "Nave Nave Moe (Eau délicieuse)" 1894, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage (avec un problème d'éclairage, le spot au dessus du tableau ne fonctionnant pas ce jour là)

En haut "I Raro Te Oviri (Sous les pandanus)" 1891 du Dallas Museum of Art; au milieu à droite "Nave Nave Moe (Eau délicieuse)" 1894, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage (avec un problème d'éclairage, le spot au dessus du tableau ne fonctionnant pas ce jour là)

GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
"Pastorales tahitiennes" 1892, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage
"Pastorales tahitiennes" 1892, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage

"Pastorales tahitiennes" 1892, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage

Cette toile appartient à une série de tableaux au thème pastoral réalisée par Gauguin à Mataiea, quelques mois après son arrivée à Tahiti. Elle partage avec "Arearea" les mêmes couleurs vives en aplats et le même paysage stylisé, nocturne et mystérieux.

Cartel du tableau

"Arearea [Joyeusetés]", le chef d'oeuvre du musée d'Orsay
"Arearea [Joyeusetés]", le chef d'oeuvre du musée d'Orsay

"Arearea [Joyeusetés]", le chef d'oeuvre du musée d'Orsay

Carnet

Carnet

NOA NOA
NOA NOA

NOA NOA

GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'expositionGAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
Le fameux livre !

Le fameux livre !

GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'expositionGAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
Vue

Vue

En haut "Autoportrait à l’idole" vers 1893, San Antonio, McNay Art Museum; ci-dessus à droite "Oviri" 1894, grès partiellement glaçuré du musée d’Orsay
En haut "Autoportrait à l’idole" vers 1893, San Antonio, McNay Art Museum; ci-dessus à droite "Oviri" 1894, grès partiellement glaçuré du musée d’OrsayEn haut "Autoportrait à l’idole" vers 1893, San Antonio, McNay Art Museum; ci-dessus à droite "Oviri" 1894, grès partiellement glaçuré du musée d’Orsay

En haut "Autoportrait à l’idole" vers 1893, San Antonio, McNay Art Museum; ci-dessus à droite "Oviri" 1894, grès partiellement glaçuré du musée d’Orsay

"Merahi Metua No Tehamana (Les Aïeux de Tehamana)" 1893, The Art Institute of Chicago
"Merahi Metua No Tehamana (Les Aïeux de Tehamana)" 1893, The Art Institute of Chicago
"Merahi Metua No Tehamana (Les Aïeux de Tehamana)" 1893, The Art Institute of Chicago

"Merahi Metua No Tehamana (Les Aïeux de Tehamana)" 1893, The Art Institute of Chicago

GAUGUIN au Grand Palais #1 - 2ème partie de l'exposition
En haut "Manaò Tupapaú (L’Esprit des morts veille)"1892, Buffalo, coll. Albright-Knox Art Gallery; ci-dessus à gauche "Autoportrait au chapeau" hiver 1893 -1894 du musée d'Orsay
En haut "Manaò Tupapaú (L’Esprit des morts veille)"1892, Buffalo, coll. Albright-Knox Art Gallery; ci-dessus à gauche "Autoportrait au chapeau" hiver 1893 -1894 du musée d'OrsayEn haut "Manaò Tupapaú (L’Esprit des morts veille)"1892, Buffalo, coll. Albright-Knox Art Gallery; ci-dessus à gauche "Autoportrait au chapeau" hiver 1893 -1894 du musée d'Orsay

En haut "Manaò Tupapaú (L’Esprit des morts veille)"1892, Buffalo, coll. Albright-Knox Art Gallery; ci-dessus à gauche "Autoportrait au chapeau" hiver 1893 -1894 du musée d'Orsay

La croyance traditionnelle en les tupapau – les esprits des morts – est un des rares vestiges de la culture précoloniale que Gauguin découvre à Tahiti et qu’il qualifie de superstition charmante. L’insertion de tupapau dans ses compositions, en particulier les scènes nocturnes, lui permet d’insuffler une atmosphère spirituelle et menaçante à des sujets par ailleurs bien ancrés dans la réalité.

Dossier de presse de l'expo

"Mahana No Atua (Le Jour de Dieu)" 1894, The Art Institute of Chicago
"Mahana No Atua (Le Jour de Dieu)" 1894, The Art Institute of Chicago
"Mahana No Atua (Le Jour de Dieu)" 1894, The Art Institute of Chicago

"Mahana No Atua (Le Jour de Dieu)" 1894, The Art Institute of Chicago

Ci-dessus "Parahi Te Marae (Là réside le temple)" 1892, The Philadelphia Museum of Art
Ci-dessus "Parahi Te Marae (Là réside le temple)" 1892, The Philadelphia Museum of ArtCi-dessus "Parahi Te Marae (Là réside le temple)" 1892, The Philadelphia Museum of Art

Ci-dessus "Parahi Te Marae (Là réside le temple)" 1892, The Philadelphia Museum of Art

Dessins
DessinsDessinsDessins

Dessins

En haut "Baigneuses à Tahiti" 1897, The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham ; ci-dessus de gauche à droite "Te Rerioa (Le Rêve)" 1897, Londres, The Samuel Courtauld Trust et "Et l’or de leur corps" 1901 du musée d'Orsay
En haut "Baigneuses à Tahiti" 1897, The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham ; ci-dessus de gauche à droite "Te Rerioa (Le Rêve)" 1897, Londres, The Samuel Courtauld Trust et "Et l’or de leur corps" 1901 du musée d'OrsayEn haut "Baigneuses à Tahiti" 1897, The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham ; ci-dessus de gauche à droite "Te Rerioa (Le Rêve)" 1897, Londres, The Samuel Courtauld Trust et "Et l’or de leur corps" 1901 du musée d'Orsay

En haut "Baigneuses à Tahiti" 1897, The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham ; ci-dessus de gauche à droite "Te Rerioa (Le Rêve)" 1897, Londres, The Samuel Courtauld Trust et "Et l’or de leur corps" 1901 du musée d'Orsay

Lors de son premier séjour à Tahiti, Gauguin a peint peu de scènes d’intérieur, préférant situer ses personnages dans un paysage exotique, voire fantastique. Une exception notable est "Arii Matamoe (La Fin royale)", réflexion symboliste sur l’érosion de la culture polynésienne telle qu’il la perçoit. […] "Arii Matamoe" a valeur de précédent pour l’un des intérieurs les plus importants de l’œuvre de Gauguin, "Te rerioa (Le Rêve)", où une Tahitienne dans une posture bouddhique se repose avec une compagne et un chat dans un intérieur richement décoré.

Dossier de presse de l'expo

"Arii Matamoe (La Fin royale)" 1892, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum
"Arii Matamoe (La Fin royale)" 1892, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum

"Arii Matamoe (La Fin royale)" 1892, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum

"Vairumati, dit aussi Vairumati Tei Aa (Vairumati elle se nommait)" 1897 du musée d'Orsay

"Vairumati, dit aussi Vairumati Tei Aa (Vairumati elle se nommait)" 1897 du musée d'Orsay

Encore un chef d'oeuvre absolu !
Encore un chef d'oeuvre absolu !
Encore un chef d'oeuvre absolu !

Encore un chef d'oeuvre absolu !

Vers la dernière salle, sublime.

Vers la dernière salle, sublime.

 

Dernière salle présentant "La Maison du Jouir", article à venir

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article