Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ON REFAIT L'EXPO ...

Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018

Bonne nouvelle !

Un nouveau musée à Paris, du côté de Montparnasse, dans une rue qui a connu un grand nombre d'artistes par le passé.

 

Il s'agit de l'institut GIACOMETTI qui se situera au 5, rue Schoelcher, tout près du cimetière de Montparnasse.

 

Il ouvrira en juin prochain.

Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018
5 rue Schoelcher
5 rue Schoelcher5 rue Schoelcher
5 rue Schoelcher

5 rue Schoelcher

 

GIACOMETTI a été à l'honneur récemment au MAMVP pour l'exposition DERAIN - GIACOMETTI - BALTHUS !

 

PICASSO a habité au 5bis rue Schoelcher, juste à côté.

5bis rue Schoelcher
5bis rue Schoelcher

5bis rue Schoelcher

1913 :
8 œuvres sont exposées à l’Armory Show de New York (dont une Tête de Fernande en Bronze).
La galerie Thannhaüser à Münich lui organise sa 1ère grande rétrospective en Allemagne.
Mort de son père le 3 mai.

Après quelques mois à Céret avec Eva et Max Jacob, Picasso déménage dans un appartement avec atelier, 5bis rue Schoelcher.

Petites natures mortes en 3 dimensions, en bois ou en métal.

Site picasso.fr

 

Quelques mois auparavant, en 1912, Picasso avait habité à quelques mètres de là, au 242 Boulevard Raspail, déjà avec Eva.

Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018
Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018 Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018
Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018

1912 :
Présente des œuvres aux expositions de la Sécession Berlinoise et au Blaue Reiter de Münich.
Séjourne au printemps à Céret avec Eva. Puis ils passent l’été à Sorgues (près d’Avignon) dans la villa Les Clochettes, en compagnie de Braque et sa femme.
1er collage : « Nature morte à la chaise cannée »
Sculptures en carton ou en bois reprenant en 3 dimensions les recherches des papiers collés.

A la rentrée, il quitte ses 2 ateliers du bld de Clichy et du Bateau-Lavoir et s’installe à Montparnasse, 242 bld Raspail, avec Eva.

Contrat exclusif de 3 ans avec Kahnweiler.

Site picasso.fr

Boulevard Raspail, en direction de la Fondation Cartier
Boulevard Raspail, en direction de la Fondation CartierBoulevard Raspail, en direction de la Fondation Cartier
Boulevard Raspail, en direction de la Fondation Cartier

Boulevard Raspail, en direction de la Fondation Cartier

"1915 : Une grave maladie prive Picasso d’Eva le 14 décembre..."

Site picasso.fr

 

 

Eva Gouel

 

Après avoir été trompé par Fernande Olivier, Pablo Picasso trouve le réconfort dans les bras de son amie, Marcelle Humbert, plus connue sous le nom d'Eva Gouel. On sait peu de choses de leur relation et elle est considérée comme une énigme dans la vie du peintre.

Il est intéressant de noter que s’il n’a jamais peint de portrait réaliste d'Eva Gouel, elle lui a inspiré plusieurs toiles, notamment des constructions semi-abstraites comme J'aime Eva, ou Ma jolie, son surnom.

Malheureusement, elle meurt en 1915 de la tuberculose et laisse derrière elle un Pablo Picasso désemparé. Même s'il a pris grand soin d’elle pendant sa maladie, cela ne l’a pas empêché d’entretenir une relation discrète avec une autre Parisienne, Gabrielle Lespinasse.

"Guitare, j'aime Eva" été 1912 du musée Picasso de Paris, tel que présenté lors de l'exposition Picasso Mania au Grand palais en 2015/16"Guitare, j'aime Eva" été 1912 du musée Picasso de Paris, tel que présenté lors de l'exposition Picasso Mania au Grand palais en 2015/16
"Guitare, j'aime Eva" été 1912 du musée Picasso de Paris, tel que présenté lors de l'exposition Picasso Mania au Grand palais en 2015/16

"Guitare, j'aime Eva" été 1912 du musée Picasso de Paris, tel que présenté lors de l'exposition Picasso Mania au Grand palais en 2015/16

 

Scène de vie ordinaire à Montparnasse en 1915 raconté par Dan Franck dans son livre "Bohèmes".

Scène de vie ordinaire avec des personnages extraordinaires !

Lorsqu'il quitte le poste de police, Modigliani va chez les
uns, chez les autres, au Dôme, à la Rotonde ou chez Rosalie.
Parfois, il longe le cimetière Montparnasse, retrouve le boule-
vard Raspail au niveau d'Edgar-Quinet et emprunte la rue
Schoelcher, sur la droite. Il marche le long des hauts murs du
cimetière jusqu'à un petit immeuble dont il grimpe allègrement
les marches. Il frappe à une porte. Une jeune femme lui ouvre :

-----------------------------------------------------------------------

c'est Eva Gouel. Elle cache la pâleur de son teint sous une
couche épaisse de maquillage. Elle est malade. On parle d'une
tuberculose. Elle a tenté de dissimuler son mal à son amant,
que le spectacle de la maladie panique. Pendant longtemps,
elle s'est tue : elle craignait qu'il ne l'abandonne. Mais Picasso
est resté fidèle. Il l'accompagne chez les médecins et dans les
cliniques où Eva se rend régulièrement.
Le couple a passé les premiers mois de la guerre dans le
Midi. Il sort peu de la rue Schoelcher : dans les cafés, Picasso
se fait trop souvent insulter par les soldats en permission qui
ne comprennent pas pourquoi cet homme si bien accompagné
n'est pas au front.
La baie de l'atelier plonge sur les tombes du cimetière Mont-
parnasse. La pièce, assez grande, est encombrée de tubes, de
palettes, de pinceaux. Craignant de manquer de matériel, le
peintre a constitué des réserves considérables. Quatre ou cinq
cent toiles sont alignées le long des murs. Le sol disparaît sous
le papier dont Picasso se sert pour ses collages.
Il ne cesse de peindre : non seulement des toiles désormais
plus proches d'Ingres que du cubisme, mais encore les objets,
les chaises, les murs... Il ne supporte pas les espaces vierges.
Il se tient dos à la fenêtre, en short. Il a les traits tirés. Il
paraît soucieux. Ce n'est pas la guerre dont il ne parle pas
sinon pour prendre des nouvelles des amis : c'est Eva. L'in-
quiétude le ronge.
Lorsque Modigliani arrive, il observe une enveloppe que le
facteur vient d'apporter. Il lance à son visiteur un éclair de ce
regard noir qui impressionne tant. L'Italien ne s'émeut pas. Il
raconte sa nuit. Picasso l'écoute d'une oreille distraite. Eva a
fui vers l'arrière de l'appartement.
Les deux peintres échangent des nouvelles : Kahnweiler est
en Suisse; les frères Rosenberg achètent les cubistes; Gertrude
Stein et Alice Toklas sont revenues d'Angleterre pour repartir
à Palma; Vlaminck tourne des obus dans une usine d'arme-
ment et, le soir, il écrit des romans moyens.


-----------------------------------------------------------------------

"Max Jacob se demande comment on peut être antimilita-
riste et donner sa sueur aux militaires, fait remarquer Picasso.
- Il a été réquisitionné", objecte Modigliani.
La conversation tourne court. Amedeo ignore que ses exubé-
rances heurtent l'Espagnol. Lui qui s'apprête à prendre son
envol vers les ors du grand monde a oublié ses propres frasques
de l'époque du Bateau-Lavoir. Amedeo ignorera également que
quelques mois plus tard, lors d'un bombardement, Picasso,
soulevé par l'inspiration et en manque de toile, recouvrira une
œuvre du peintre italien d'une nature morte faite au couteau.
Dix minutes à peine après l'arrivée du visiteur, les deux
hommes n'ont plus rien à se dire. Modigliani tourne les talons,
quitte l'atelier descend les étages et disparaît dans la grisaille
de la rue Schoelcher.
Picasso revient à l'enveloppe qu'il découvrait avant la venue
de l'Italien. Elle a déjà été utilisée. Ce sont bien là des manières
très économes de l'ami qui écrit. mais cet ami-là est des plus
fidèles. Et Picasso ne peut s'empêcher de sourire en se repré-
sentant le poète, si raffiné, si subtil, coquet, distingué, onc-
tueux comme une prêtre, théâtral comme un pape, naïf comme
un enfant, aujourd'hui les pieds dans la glace et les mains dans
la boue !
Il décachette l'enveloppe et se plonge dans la lecture des
dernières frasques militaro-amoureuses de Guillaume Apollinaire.

 

Retour Rue Schoelcher

En continuant la balade au numéro 11bis,  ...

11bis, rue Schoelcher11bis, rue Schoelcher
11bis, rue Schoelcher

11bis, rue Schoelcher

 

Et tant qu'on y est (à Montparnasse), allons faire un tour au cimetière du même nom pour voir la tombe de Simone et Jean-Paul puis quelques autres personnages connus.

 

 

Simone de BEAUVOIR et Jean-Paul SARTRE

Simone de BEAUVOIR et Jean-Paul SARTRE

Serge GAINSBOURG
Serge GAINSBOURG
Serge GAINSBOURG

Serge GAINSBOURG

Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018
Charles BAUDELAIRE

Charles BAUDELAIRE

Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018
Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018
Ouverture de l'institut GIACOMETTI à Montparnasse en Juin 2018
Ossip ZADKINE
Ossip ZADKINEOssip ZADKINE

Ossip ZADKINE

Chaïm SOUTINEChaïm SOUTINE
Chaïm SOUTINE

Chaïm SOUTINE

Tristan TZARATristan TZARA

Tristan TZARA

Georges WOLINSKIGeorges WOLINSKI
Georges WOLINSKI

Georges WOLINSKI

Pour finir sur un baiser !

Pour finir sur un baiser !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article