Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

Publié le 19 Juillet 2021

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

Les fabuleux albums de l'année 1971 continuent de plus belle en ce mois de juillet qui sera chaud !

Et la musique est bouillonnante et remplie de guitares, avec ces 4 groupes énormes que sont les sudistes de l'ABB, les FUNKADELIC emmenés par George Clinton Jr et les 2 groupes de hard rock anglais au sommet de leur gloire que sont BLACK SABBATH et DEEP PURPLE !

ÉNORME mois de JUILLET !!!

Commençons par les gars de l'ALLMAN BROTHERS BAND ou ABB pour les intimes et leur fameux "Live At The Fillmore East" de New-York (le mois prochain, nous aurons aussi le "Live at Fillmore East" de Zappa et ses boys). Immense album live rempli jusqu'à la gueule de solos de guitares de Duane ALLMAN et de son groupe sudiste et des morceaux à rallonge pour autant de solos de toute sorte, comme avec son frère Greg et son piano. Un musique vraie et vivante !

George CLINTON a été obligé de renommer son premier groupe PARLIAMENT et ce sera le bien nommé FUNKADELIC qui naîtra. Le groupe rejoint le bataillon black rock de Jimi Hendrix et Sly Stone, intègre la folie rythmique que James Brown est en train d’inventer et nous propose une explosion funk rock totalement démentielle. Black is beautiful !

Le groupe de hard rock ou heavy metal BLACK SABBATH a fait carton plein avec ses 2 premiers albums sortis en 1970. Le groupe emmené par son chanteur Ozzy OSBOURNE et le guitariste Tony IOMMI continue sur sa lancée en 1971 avec le monstrueux "Master of reality" qui est une petite bombe de 30 minutes au son énorme qui marquera la légende du groupe.

Enfin, les voisins anglais de DEEP PURPLE ne sont pas en reste avec ce "Fireball" bien calé entre les autres albums mythiques du groupe que sont "In Rock" de 70 et "Machine Head" de 72 !

Le groupe vient de prendre son envol et ne va s'arrêter en chemin vers les étoiles et la gloire.
Le line-up est ce qui se fait de meilleur : BLACKMORE GILLAN GLOVER LORD PAICE, énorme je vous dis !!

Strange Kind of (Woman) MUSIC en JUILLET 1971 !

 

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !
Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !
Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

The ALLMAN BROTHERS BAND "Live at Fillmore East"

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !
Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

Un des plus grands albums live de tous les temps, ce "Live at Fillmore East" est une tuerie musicale de gros rock sudiste.
Il n'y a qu'à regarder le line-up fantastique :

  • Gregg Allman: chant, piano, orgue
  • Duane Allman: guitares solo, slide et acoustique
  • Dicky Betts: guitare solo
  • Berry Oakley: basse
  • Butch Trucks: batterie, timbales
  • Jai Johanny "Jaimoe" Johanson: batterie, congas, timbales

Que des très grands et notamment les 2 guitaristes solo que sont Duane Allman et Dicky Betts !

La particularité de cette musique consiste en l'enchaînement de différents solos, de piano, de guitares, parfois de percussion ... et cela en fait toute la magie.

Ca donne des morceaux généralement assez longs, surtout en concert, voire très longs comme sur ce disque, les 19 minutes de "You Don't Love Me", les 12 minutes de "In Memory of Elisabeth Reed" et les 23 minutes de "Whipping Post", leur morceau de bravoure écrit par Gregg Allman.

Le titre en ouverture "Statesboro Blues" est aussi un classique de l'ABB, reprise de Willie McTell qui fera partie de leur setlist pour un bon moment.

Cet album mythique, seulement le 3ème du groupe, sera réédité dans de nombreuses versions et celle de 2014 sera la plus complète avec l'ensemble des concerts des 12 et 13 mars 1971 sur la légendaire scène rock de New-York !

 

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !
Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

Et cette pochette mythique, très bien décrite par Alain Dister dans le Rock & Folk hors-série n°34 qui me sert de référence.

"La pochette originale (édition vinyle en double album) est un petit chef d’œuvre de sociologie rock'n'roll. A gauche, le vulgum pecus : les roadies (et qui a jamais rendu hommage, en couv', à ces damnés de la terre, ces obscurs, ces sans-grade, sans qui aucun son ne viendrait astiquer nos tympans ? Personne, à part les Allman Bros). Un œil sur le look : baskets, pompes lacées, poil greasy, T-shirts gerbeux, canettes de bière... A droite, les seigneurs. Les musiciens. Matez les boots, le blouson de Dickie Betts, les coupes de cheveux étudiées à la mode du temps. Pour le reste, le carburant, faudrait leur faire les poches. Sûr que ces types-là ne marchent pas à la Bud light. Pour faire encore plus chic, la pochette est en noir et blanc. Ce qui, à l'époque, était un véritable luxe."

FUNKADELIC "Maggot brain"

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !
Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

Encore un album culte avec ce "Maggot Brain" de George CLINTON et sa bande !

1971 est vraiment une année charnière, incroyable de talents et de génie musical et le genre funk soul music n'est pas en reste. On a déjà parlé ici du géant Marvin GAYE, on verra bientôt Curtis MAYFIELD et aussi SLY STONE avec des albums géniaux.

Enregistré dans les studios d’Universal à Detroit, "Maggot Brain" brille par son exubérance teintée de gospel ("Can you get to that") et par ses martèlements de funk rock ("Super Stupid" et ses solos rageurs). Ses commentaires mordants sur la société touchent aussi un point sensible – "You and your folks, Me and my folks" est une attaque directe contre le racisme, tandis que "War of Armageddon" traite des répercussions traumatisantes de la guerre du Vietnam.

Le disque est composé de 7 titres, il débute et se termine par un titre long de 10 minutes chacun, et le reste des morceaux est plutôt court, entre 2 et 4 mn.

L'album commence par la chanson-titre, sublime instrumental de 10 minutes emmenée (très haut) par la guitare d'Eddie HAZEL. Puis les titres s'enchaînent avec ce qui peut être vu comme la naissance du rock fusion tant le rythme et l'énergie sont élevés. Du rock parfois brut et direct. Il se termine par la folie furieuse de près de 10 minutes de "War of Armageddon", phénoménale !

La pochette de "Maggot Brain" est une vision d’horreur. Une beauté noire afro dont on ne sait si elle est enterrée vivante où si elle sort du ventre de la terre pour libérer toutes les flammes de sa colère.

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

BLACK SABBATH "Master of Reality"

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

Coincé entre "Paranoïd" de 1970 et le "Vol.4" de 1972, ce "Master of Reality" fait partie des albums culte du groupe BLACK SABBATH qui a inventé le Heavy Metal en ces années-là avec ces 6 premiers albums légendaires, jusqu'à "Sabotage" en 1975. Le chanteur partira ensuite faire une belle carrière solo, vous avez reconnu Mister OZZY OSBOURNE.

Le son est juste énorme, très lent, très lourd, la marque de fabrique des 3 musiciens que sont Geezer Butler, Tony Iommi et Bill Ward.

L'album est composé de 8 chansons, qui démarre par l'énorme "Sweat Leaf". Le ton est donné ...

Les titres sont longs et lents, tous autour de 5 à 6 minutes entrecoupés par 2 petits instrumentaux, "Embryo" et "Orchid".

Le sommet de l'album est atteint avec les chansons "Children of the Grave" puis "Into the Void" qui conclut l'album.

Black Sabbath a ouvert une voie dans la musique hard rock et heavy metal et de nombreux groupes vont bientôt s’engouffrer dans cette brèche avec tous les groupes de métal à venir. Ozzy et sa bande resteront les pionniers reconnus et adulés.

DEEP PURPLE "Fireball"

Quelle belle année 1971 - les albums de JUILLET !

Les PURPLE ont commencé en 1968 un peu avant les Sabbath, avec quelques albums "sympathiques" dont un album orchestral en 1969 où ils montrent tous leurs talents de musiciens mais c’est vraiment en 1970 que les choses sérieuses comment avec le mythique "In Rock" et sa pochette inspirée du mont Rushmore.

Coincé entre cet "In Rock" et le futur "Machine Head" de 1972, le fringant "Fireball" de 1971 poursuit la voie ouverte par le précédent et confirme le groupe DEEP PURPLE au sommet du panthéon rock.

On a parlé plus haut d'un des plus grands albums live avec le "Fillmore East" de l'ABB mais le "Made in Japan" des Purple à venir en 1972 est probablement LE plus grand double live de l'histoire du rock !

Et les chansons de "Fireball" y feront bonne figure, notamment le sommet "Strange Kind of Woman", qui est une chanson fantastique, une de mes préférées du groupe.

La formation des 5 est exceptionnelle, ce qui se fait de mieux dans le genre et cela restera le line-up mythique de DP :

  • Ian Gillan
  • Ritchie Blackmore
  • Jon Lord
  • Roger Glover
  • Ian Paice

L'album est construit comme le précédent (et le suivant d'ailleurs), 7 titres racés, les morceaux sont compris entre 3 et 8 minutes et l'ouverture (le morceau-titre de l'album) est tout en énergie rock & roll comme souvent avec les anglais.

La suite est de très haut niveau, de "No No No" à "No One Came" en passant par "Anyone's Daughter" et le fameux "The Mule" avec son solo de batterie en live. Et j'ai un petit faible pour le long "Fools" de 8 bonnes minutes !

Rédigé par Franck Soutgall

Publié dans #1971, #Music

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article