Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ON REFAIT L'EXPO ...

Charlie WATTS

Charlie WATTS
Charlie WATTS
Charlie WATTSCharlie WATTS

Charlie WATTS, le légendaire (et unique) batteur des ROLLING STONES est mort à 80 ans le mois dernier.

C'était le batteur mais aussi le cœur du groupe, comme l'a raconté Keith Richards dans son livre "Life".

L'âme et le cœur de ce groupe, c'est Keith et Charlie. C'est évident, il suffit de le voir pour le savoir, même si tu n'as pas la moindre fibre musicale. C'est la salle des machines.

Bobby Keys cité par Keith Richards dans "Life" page 204

Charlie WATTS

Keith RICHARDS dans "Life", page 162 :

"Le 2 février, donc, on jouait avec le groupe définitif, Charlie et Bill à la section rythmique : les Stones !
    Sans Charlie, je n'aurais jamais été capable de progresser et de développer mes possibilités. Le principal truc avec lui, c'est qu'il dégage de super bonnes vibrations. Il avait ça dès le début. Il a une énorme personnalité et beaucoup de subtilités dans son jeu. Si vous regardez son matériel, vous remarquez qu'il est ridiculement petit, comparé à celui de la plupart des batteurs d'aujourd'hui. C'est un château fort qu'ils ont devant eux, une muraille formidable de caisses et tambours. Charlie s'en tire rien qu'avec l'assortiment classique. Rien de prétentieux. Vous l'écoutez et il n'a pas besoin d'en faire plus. Il y a de l'humour dans son jeu aussi.
"

 

Charlie WATTS

Je me rappelle aussi un article sur l'énigmatique Charlie dans le magazine BEST du mois d'août 1982 (ça ne date pas d'hier). L'article m'avait marqué car il s'agissait d'un petit questionnaire mensuel où l'artiste interviewé devait répondre en photo par des expressions de son visage (plus un petit mot) marquant la joie, la colère, l'étonnement, la tristesse etc. Ça s’appelait "Tronches de vie" !

Et Charlie, inexpressif, avait toujours la même tête sur chaque photo (en fait c'était une dizaine de fois la même photo) !
A l'époque, étant un peu jeune, je n'avais pas compris, peut-être même que je pensais que c'était une erreur de Best (lol). J'ai compris ensuite, ce que voulait montrer l'impassible Charlie WATTS.

Tronches de vie façon Charlie WattsTronches de vie façon Charlie Watts

Tronches de vie façon Charlie Watts

J'ai encore ce Best n° 169 d'août 1982 en ma possession !J'ai encore ce Best n° 169 d'août 1982 en ma possession !

J'ai encore ce Best n° 169 d'août 1982 en ma possession !

L'album qui me vient à l'esprit pour évoquer Charlie WATTS, en plus de "Sticky Fingers" ci-dessus, c'est le live "Get Yer Ya-Ya's Out" de 1970, avec Charlie, hilare, en couv'

Charlie WATTS
Charlie WATTS

Keith RICHARDS dans "Life", page 209 :

"Chaque fois qu'on jouait - je précise que ça m'arrive encore - je me retournais vers Charlie et disais : "C'est juste toi et moi, tout ce barouf ?" C'est un peu comme chevaucher un étalon sauvage. Et il va sans dire qu'on a la chance de travailler avec Charlie Watts. Il joue vraiment dans le style des batteurs noirs qui accompagnaient Sam and Dave, les groupes de la Motown ou d'autres batteurs soul. Il a exactement ce toucher. Très correct, la plupart du temps, avec les baguettes glissées entre les doigts - comme tant de batteurs jouent aujourd'hui. Mais quand on se lâchait, on s'envolait. C'est comme dans le surf, quand tu es en haut de la vague : tout est OK, tant que tu restes là-haut. Et parce que Charlie avait ce style particulier, je pouvais jouer avec lui. Dans un groupe, une chose fait avancer l'autre, il faut que ça fusionne. C'est fondamentalement du liquide."

Charlie WATTSCharlie WATTS
Charlie WATTS
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article