Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ON REFAIT L'EXPO ...

Un « ANGE » Renaissance de Bernhard STRIGEL aux enchères - Février 2022

Un « ANGE » Renaissance de Bernhard STRIGEL aux enchères - Février 2022

Cette histoire me fait penser au chef d’œuvre de CIMABUE qui avait été retrouvé dans des conditions très spéciales et qui avait ensuite fait l'objet d'une vente exceptionnelle.

Ici, c'est un peu la même histoire, avec un tableau de la Renaissance qui a été retrouvé en 2021 dans un grenier de Toulouse, et qui a été vendu aux enchères, vendredi 4 février 2022. Un musée a déboursé 2,8 millions d’euros.

L'œuvre, attribué au peintre allemand Bernhard STRIGEL (1460-1528) représente un ange aux ailes bicolores qui manie un encensoir et porte une longue tunique jaune. Il aurait près de 500 ans. 

Le tableau a été appelé "Ange vêtu d’une tunique jaune tenant un encensoir" ou "Ange thuriféraire vêtu d’une tunique jaune".

Bernhard Strigel (1460-1528) "Ange vêtu d’une tunique jaune tenant un encensoir"

Bernhard Strigel (1460-1528) "Ange vêtu d’une tunique jaune tenant un encensoir"

À 60 ans, le peintre de Menningen était au sommet de son art, précisément grâce à ces deux voyages qui lui permirent de s’imprégner des recherches d’Albrecht Dürer, de Hans Baldung, d’Albrecht Altdorfer ou de Joachim Patinir. Ceci est manifeste dans le paysage de cet Ange vêtu d’une tunique jaune tenant un encensoir. Bien que sa lecture soit obstruée par des vernis jaunis, les tons verts et bleus de la montagne ou les feuillages, dont les ondulations sont soulignées par des points dorés, participent à la dimension énigmatique et spirituelle de la scène. Cette nature luxuriante n’est pourtant pas tout à fait fantasmagorique, puisque les bâtisses qui apparaissent sous la main de l’ange, traitées avec la technique de la miniature, l’inscrivent dans le monde germanique de son temps. Lors de ses deux séjours à la cour de Vienne, Bernhard Strigel eut aussi l’occasion de gagner en aisance en regardant les œuvres de Lucas Cranach l’Ancien. La prééminence de la figure de l’Ange vêtu d’une tunique jaune tenant un encensoir ou celle de l’Ange à l’encensoir (Louvre Abu Dhabi) se distinguent en effet nettement de ses travaux antérieurs. La comparaison par exemple avec L’Annonciation à sainte Anne (Madrid, musée Thyssen-Bornemisza), une œuvre encore très marquée par Roger van der Weyden, est éloquente. Les souvenirs hérités du Moyen Âge se dispersent, tout comme les leçons apprises dans l’atelier familial des Strigel, où ce proche de Bartolomeus Zeitblom peignit longtemps dans la veine de Bouts. Bernhard épousait les bouleversements de son époque : 1520, au seuil d’un monde nouveau, pour citer l’ouvrage de Guillaume Frantzwa, paru l’année dernière (éd. Perrin).

Article de la Gazette Drouot

Un « ANGE » Renaissance de Bernhard STRIGEL aux enchères - Février 2022Un « ANGE » Renaissance de Bernhard STRIGEL aux enchères - Février 2022

Ce tableau a un jumeau : un autre ange exposé au Louvre d’Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis). Au XVIe siècle, ces deux peintures étaient sans doute réunies dans un retable. Reste à trouver l’œuvre qui se trouvait au centre.

Bernhard Strigel "L’Ange à l’encensoir"

Bernhard Strigel "L’Ange à l’encensoir"

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article